16/11/2005

 

Je rentre de Paris, découvrant du même coup le commentaire lié à l'article précédent, il est signé sarko@hotmail.com. J'ignore si je dois rire. A le croire, et je le crois volontier, "52,5 % des Français approuvent totalement et 23,7 % approuvent sa politique et les mesures récentes prises par le gouvernement pour favoriser le retour au calme et la reprise d'un dialogue constructif". Mettons donc, à la grosse louche, que 80 % des Français sont favorables à Sarko sur la question. Vous avez peut-être suivi les derniers débats sur les chaînes françaises récemment, le plateau de la 2 jeudi soir accueillait M. Sarko lui-même. Il est fort, très fort. Quand il communique, ça passe. Enfin, ça passe pour, grosso modo (mais sans doute un peu moins), 80 % des Français. Oui oui, les mêmes. A la base, je ne pense pas qu'il soit tellement question de gauche ou de droite sur cette question. Je pense qu'il est question d'humains. A Paris, la plupart des Français que j'ai rencontrés se sont montrés lucides, compréhensifs et parfois même compatissants pour ces banlieues et leurs populations. Compatissants, mais pas à n'importe quel prix ! Est-ce un fond de racisme propre à l'homme ? Une peur de perdre des privilèges, de petites priorités, quelques acquis bien assis ? Personne je crois ne peut nier avoir eu à se positionner par rapport à ces questions. Et pas plus les Français que nous, Belges.Face à une telle crise, Sarkozy n'a pas eu le choix : il devait se montrer fort, garder le contrôle. Mais depuis le début, lorsqu'il s'est exprimé - et même en s'adressant aux jeunes eux-mêmes - Sarko n'a jamais cessé de parler à cette masse électorale, ces 80 % de Français qui ne sont pas ceux qui se plaignent violemment. Théâtralisé par les média, le sujet ne peut plus être abordé en dehors de la perspective présidentielle. Sarko, de Villepin, les autres aussi, tous savent que la France majoritaire ne cèdera pas volontier la part de gâteau que les banlieues réclament, et que sa sanction pourrait bien tomber en 2007. La France a changé, les banlieues crient stop à l'état de guettos, conséquence de ce que sarko@hotmail.com appelle "une absence totale de politique en matière d'imigration". Et je me demande s'il faudra attendre qu'elles représentent une majorité électorale pour compter réellement. Auquel cas, elles risquent de bouillir encore...

00:40 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

16-11-2005 Mais d'où viennent ces chiffres ???
"Sarko" pourrait-il citer ses sources ?
Personnellement, j'ai des doutes : peut-être que l'échantillon des françaises et français interrogés est bien "statistiquement significatif" ( comme ils disent ! ) mais alors, significatif parmi les membres du ... FN !!!
Bonne continuation. Blog bien agréable à lire.

Écrit par : louis | 16/11/2005

sarko, c vraiment plus fort que toi he has the right, he's a king. Sarko, c le plus fort.

Écrit par : belphé | 16/11/2005

propagande dimanche matin FR3 a passé un clip de sarkoziski dans dans lemission Expression direct... c t effrayant ! de la propagande pure et dure a la sauce americaine et avec un ton hitlerien ! doctrine sarko ! ça me fait peur car les medias jouent le jeux et la france tombe dans le panneau !
hai Sarkoziski ! mais ou va la france ? c le comble !

Écrit par : bellxone | 25/11/2005

une peut tard pour réagir... mais quand même. je réagis vite fait. Même si j'imagine que nous serons touts d'accord. les droits de l'homme (signés et ratifiés par la Belgique entre autre, et surtout la France dans le cas qui nous concerne) prévoit une clause concernant ce cas ded figure. Celui que Sarko compte appliquer, c'est à dire de renvoyer chez eux tous les immigrés (même ceux ayant un permis de séjour) qui auraient pris part aux émeutes des banlieux. Sarko ne connait peut être pas la loi (ce qui pour un ministre de l'intérieur est plutôt dommage) mais Sarko semble surtout ignorer le droit des personnes et individus. Celui dont je vous parle s'appelle le droit de rassemblement des familles. En d'autres termes, sarko n'a pas le droit de séparer un membre d'une famille du reste de la famille. Alors quoi? Il renvoiera toute la famille? Ce cas de figure à déjà eu lieu ici, en Belgique. Le personne concernée s'est retrouvé devant la cour européenne des droits de l'homme pour faire valoir ses droits et à eu gain de cause. Mais il est vrai que pour certains politiques, parler de mesures expéditives est souvent bien plus médiatiques que de réfléchir aux bases du problème et d'essayer d'y remédier. Mais ici encore, même s'ils sont à blâmer (les politiques) je blâmerais plutôt la masse (des gens comme vous et moi) qui croient ce qu'on leur dit à la télé, qui par paresse n'ouvre pas les yeux, qui se complaisent dans l'absence totale de conscience du monde qui les entoure. Et qui votent, pour une belle gueule ou pour "celui qui a l'air drôle"... J'en ai marre de cette victimisation qui a lieu partout. Du genre "c'est pas moi, les la télé qui pourri mon cerveau", "j'aimerais bien avoir plus de contacts avec mes enfants, mais ils sont tout le temps scotché à la télé" ou encore "les politiques, tous des pourris! ils nous mentent, ils nous trompent!"...

Bon enfin voilà... Je n'ai évidemment pas dit tout ce que j'avais à dire, no comme je voulais le dire...

bonne journée

Écrit par : pauf'pomme | 06/02/2006

Les commentaires sont fermés.