29/11/2005

censure sur philosottises.skynetblogs.be

En vous reportant au commentaire précédent, vous verrez que notre ami philozof' est gentiment prié par skynet de relire ses derniers posts et de les amender afin de rayer toute "calomnie" sur son blog (devenu site, allez voir www.philosottises.be). J'ai bien lu et je n'ai rien trouvé, pas la moindre insulte, pas de publicité planquée ou de slogan mensongers. Juste le mot "fasciste" pour qualifier un ancien du FN... Léger. Très léger même, compte tenu de la qualité générale du blog.

Il ne faut certainement pas tout dire sur un blog, certains propos n'ont rien à y faire. Mais là, on s'attaque à un espace où, justement, les avis sont le plus souvent réfléchis et argumentés. Je suis encore un bleu des blogs, mais Philosottises ne ressemble en rien à un défouloir sauvage et crétin. Alors quoi ? Si vous le sentez, manifestez-vous à votre manière, exprimez-vous sur le sujet là où vous pensez que ça a du sens de le faire. Ou alors, on laisse passer les yeux fermés, on souhaite bonne chance à philozof' et j'ouvre un blog sur mon canari parkinsonien.

17:54 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/11/2005

L'équation écolo

Je ne suis pas militant, je suis né trop tard pour ça. Mes profs d'histoire m'ont trop appris les tristes échecs des révolutions successives pour que je puisse aujourd'hui penser qu'elles incarnent encore LA solution. Peut-être que dans un cycle historique ou deux nous y reviendrons. En attendant, l'heure semble être aux réformes, notre époque ne peut pas tolérer plus.
Depuis des années (pour ne pas dire toujours), écolo milite avant tout pour une ATTITUDE politique plus digne, c'est à dire honnête. Une attitude généralement tolérée avec amusement par les gros : PS, MR et, dans une moindre mesure, CDH. C'est qu'écolo a toujours été vu comme le p'tit frère sage, parfois un peu empêcheur de magouiller en rond mais trop faible - avec ses 7% pendant des années - pour empêcher réellement quoi que ce soit. Puis vint la dioxine, invitée surprise des élections de 99 si je me souviens bien. De 7%, écolo passa à 20%, accèda au pouvoir et ne changea pas de chevaux de bataille : le petit frère était devenu grand, c'est-à-dire menaçant.
A mon sens, Ecolo s'est cassé les dents sur un point : la communication, cette discipline creuse et souvent détestable mais ô combien importante de nos jours. Trop acquis à leurs nobles causes, parfois excessivement peu télégéniques et souvent trop sûrs d'eux, ils auraient certainement subi une lourde sanction de la part des électeurs belges si les 2 gros (PS, MR) n'avient pas eux-même organisé l'éviction presque totale du vert sur la palette nationale tendance noire-rouge-bleu. Tout ceci ayant été mis en scène sur les planches du théâtre de Francorchamps.
Mais les temps ont changé. Suffisamment de temps en tous cas pour que l'histoire leur donne raison. Aujourd'hui, avec un minimum d'honnêteté, nous devrions tous arriver à admettre que tant dans la gestion des logements sociaux, de l'enseignement, des vols de nuit ou du dossier Francorchamps, écolo avait une méchante ardeur d'avance sur le troupeau, n'en déplaisent aux deux bergers. L'heure de la reconnaissance aurait-elle sonné pour la seconde fois ?
Peut-être, mais vous me permettrez de me montrer prudent. Je conçois tout à fait que le climat politique actuel engage à un vote-sanction à la prochaine occasion et écolo me semble une alternative intéressante et audacieuse, bien meilleure en tous cas que le lamentable FN. Mais sont-ils prêts pour un second round ? Javaux est malin, sympathique et l'âge a sur lui des effets plutôt engageants (ces quelques rides de la maturité). Nulle doute qu'Isabelle Durant soit restée aussi forte de caractère dans sa discrétion actuelle, etc. Ma crainte serait celle-ci : comment un parti doté d'objectifs et d'une éthique aussi louables parviendra-t-il a tirer son épingle d'un jeu se déroulant le plus souvent sous la table ? Comment ne pas effrayer en parlant des menaces réelles qui pèsent sur notre société consumériste sachant que les remèdes proposés génèrent moins d'enthousiasme que de frilosité chez les électeurs ? Comment tempérer sa militance afin de sensibiliser avant de lasser ? Bref, comment communiquer des valeurs aux antipodes de nos miscroscopiques et quotidiennes préoccupations matérialistes ? D'autant qu'en face, les discours, sans pour autant être totalement creux, sont toutefois suffisamment "aérés" pour laisser libre cours à une démagogie qui, elle, n'a jamais cessé de payer.

19:09 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Cinémaaaaaah !

Wow, on peut dire que le cinéma nous gâte depuis quelques semaines. Entre le dernier Woody Allen, le Cronenberg, le retour de Valérie Lemercier, les nouvelles aventures du sorcier Harry et même, dans le registre animé, un Tim Burton et le Wallace & Groomit, il y a de quoi s'y perdre. D'autant que, semble-t-il, aucun de ces films ne soit franchement mauvais, bien au contraire. Comment choisir dans ces conditions ?
Hier, j'ai décidé de faire confiance à une autre sortie de la semaine, un nom moins connu mais pas tout à fait anonyme quand même. Crimen Ferpecto (le crime farpait) est l'oeuvre d'Alex de la Iglesias, venu tout droit du gore ! L'histoire se passe dans un centre commercial, principalement au rayon "vêtements pour femmes". Sur ce territoire, Rafael (photo à droite) est intouchable : séducteur et vendeur-né, il joue de son élégance en toutes circonstances jusqu'à ce que ... vous verrez bien.
C'est parfois le cas quand un réalisateur d'un genre extrême passe à un long métrage classique : il se soucie peu des règles immuables du cinéma grand public, perturbe les conventions, il fait un usage limite de ses acteurs, de ses décors, etc. Il se permet tout, ou presque, et quand ça passe, on assiste parfois à la sortie d'un petit chef d'oeuvre. C'est le cas ici. Dès le début, on est pris par la liberté de ton et de facture que s'autorise de la Iglesias. D'emblée, on comprend que le pilote de cet ovni cinématographique flirte avec une certaine folie, synonyme de liberté. On sait que ce film ne sera pas vraiment comme les autres. C'est véritablement le cas. Quand on rit, et ça arrive très souvent, ce n'est pas un rire 'Woody Allen", un rire "Chabat" ou "Lemercier", c'est un rire à part, franc, un tantinet incréduble par moment. Je ne vous en dirai pas plus ici, mais je vous recommande chaudement cette heure 43 d'un bonheur tout en surprises !

11:06 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/11/2005

A Clockwork Ashtray

Linfo vaut ce qu'elle vaut, je vous la livre en vrac : Samy Naceri s'est encore énervé ! Cette fois, il aurait balancé un cendrier (disons, pour en remettre une couche, que le cendar était plein et ne sentait vraiment pas bon) au visage de Von Dutch, le styliste adoré de P. Hilton. Tout ça s'est déroulé dans un resto où les deux hommes avaient un rdv professionnel. Von Dutch serait arrivé avec 20 minutes de retard, grossière erreur ! Score final : 30 points ... de suture et 15 jours d'interruption de travail.

Pour sa défense, ajoutons que Naceri prépare en ce moment au théâtre l'adaptation d'Orange Mécanique. Vous reprendrez bien un peu d'Ultra -Violence ?

15:48 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Bientôt, le "Bio-shoot"

Petite dépêche de Belga reprise dans le soir : "Proportionnelement, il y a plus de jeunes qui testent les "champis" que de l'xtc lorsque celle-ci a connu son apogée dans les années 90. La fait que les champignons soient "bios", leur gratuité apparente et les effets hallucinogènes attirent les jeunes vers cette drogue".
Pour rappel, les champignons sont toujours considérés comme des drogues douces (en plus d'être bio) par des experts qui, visiblement, n'en ont plus mangé depuis longtemps...

11:54 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/11/2005

Help !

Quelqu'un peut-il me dire pourquoi mes posts apparaissent systématiquement en un bloc compact même quand je crée différents paragraphes (en allant à la ligne) au moment où je les écris ? D'avance, merci.

12:27 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Lady Madonna

Je me suis un peu laissé aller ces derniers jours : peu de post, peu d'inspiration, peu de goût pour l'actualité. Et puis la nouvelle est tombée, comme un météore dans l'Escaut, renouvelant vigoureusement les débats affligeants sur Francorchamps. LE TRIBUNAL DE MONS ACCUSE MADONNA DE PLAGIAT ! Son tube "Frozen" aurait été pompé chez un artiste mouscronois, Salvatore Acquaviva.D'abord, chapeau à Madonna pour sa culture musicale car, pour plagier Acquaviva, il fallait déjà le connaître, ce n'était pas donné à tout le monde ! Au JT d'RTL, j'ai pu entendre les deux morceaux : "Frozen" et "Ma vie fout l'camp" (1979) l'un après l'autre. Techniquement, c'est vrai que 4 mesures sont identiques sur la partition. Ceci dit, ces 4 mesures ne sont en fait qu'une seule et même séquence de 7 notes (identiques dans les deux morceaux) répétée 4 fois. Notons qu'il n'y a que 12 notes différentes sur un piano, c'est pas comme si on pouvait choisir parmi une centaine de blanches et de noires ! Reste quand même le plus choquant de l'histoire. Admettons même que Madonna soit passée à Mouscron en 1979 (elle y aurait dansé sur un tube disco de Patrick Hernandez, ce qu'elle nie) et qu'elle ait entendu le planétaire "Ma vie fout l'camp". Encore fallait-il qu'elle aime la chanson au point de la garder en mémoire pendant 20 ans ! Et ça, j'ai beaucoup de peine à le croire. Vous l'avez entendue la chanson d'Acquaviva ? C'est une merde sans nom, proprement inaudible. Qui aurait pu s'inspirer de ça ? Vous connaissez les mecs qui ont bossé avec Madonna sur l'album qui contient Frozen ? Les William Orbit (Blur...), les Talvin Singh (Björk), Marius de Vries, etc. Si le sujet vous intéresse, penchez-vous sur les carrières respectives des ces trois musiciens et producteurs. Ensuite, demandez-vous pourquoi ces gars-là auraient subitement perdu tout leur talent et leur inspiration au point d'aller gratter chez Salvatore ? Personnellement, je n'ai pas de réponse mais j'ai bien l'impression qu'un p'tit belge est sur le point de piquer pas mal de thune à Madonna, ce qui, en soi, est plutôt marrant !

11:46 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/11/2005

 Mais quels cons !

J'ai envie d'écrire quelques lignes sur le cas "Francorchamps" depuis quelques jours déjà, mais je me sentais trop écoeuré. D'ailleurs, je ne peux pas dire que je me sente vraiment mieux aujourd'hui. Imaginez, je déteste la formule 1. Enfin, disons que je suis aussi intéressé par ce sport que par la biographie de Philippe Monfils, ça devrait vous situer un peu. Que des gens se passionnent pour des voitures très basses, très bruyantes et très rapides, je ne trouve pas ça étonnant. Que les politiques soient conscients du volume économique de cette industrie représente, c'est assez rassurant. Mais que ces mêmes politiques soient assez bêtes pour ne pas s'apercevoir que la Belgique, en tant que terre d'accueil, symbolise le passé de la F1, ça frise le scandale. Le malin Bernie a fait tout l'argent qu'il y avait à se faire par ici, nous accepter 10 ans de plus n'a jamais été pour lui un pari sur l'avenir, tout au plus une rente confortable et redoutablement sécurisée par un contrat de chez Contrat. J'étais en ébullition en entendant les arguments pathétiques des Kubla, des Happart et de leur clique opportuniste il y a plusieurs mois : le Grand Prix est le moteur économique d'une région, c'est un projecteur braqué sur la Wallonie, ... Vous trouvez qu'elle est si belle à regarder vous la Wallonie ? Vous n'avez pas vous aussi un bus entier de frères ou de potes diplômés qui prennent à d'autres les petits boulots qu'il reste, histoire de vivre un peu eux aussi ? Oh oui, il y a de quoi être fier de nos centres-villes, des ces quelques hectares restaurés, mais aimeriez-vous que les caméras franchissent le H&M de la Place Saint-Lambert à Liège et exhibe l'authentique Wallonie, celle de la plupart d'entre nous ? Et c'est valable pour toutes nos villes.J'aime vraiment la Wallonie, la ville où je vis, celle où j'ai vécu, et je ne supporte pas que l'aveuglement débile de quelques-uns soutienne cette cause encombrante. Combien de débat absurdes à propos des pubs pour les clopes (sachant que la cigarette est d'ores et déjà contractuellement bannie des circuits pour les années à venir) avaient déjà occupés nos politiciens ? Combien d'heures et d'euros déjà jetés dans cette machine qui les dépasse totalement ? Fallait-il vraiment en rajouter des milions ? Alors quelques soient les crétins ventrus qui se sont targués d'avoir appelé Bernie "bernie" une fois dans leur vie, qu'ils se retirent et méditent un peu, je crois qu'il est l'heure.

23:47 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

publicité et publicité

Vous n'avez pas pu la rater, elle passe sur les radios de la RTBF. C'est une pub pour la TEC ou la STIB, je ne me rappelle plus. Je n'ai pas envie de juger ici la qualité de la chose (le fait que je ne me souvienne plus de la "marque" est peut-être un indice). Le but de ce spot est de nous apprendre que nos chauffeurs de transports en commun sont des hommes ... comme nous ! La plus récurrente est un dialogue entre un chauffeur et un jeune passager. Le chauffeur lance : "ah tu vas au bowling ?" ce à quoi le jeune répond : "oui, mais comment vous savez ça ?". Nous apprendrons par la suite que le chauffeur joue lui aussi au bowling (c'est la clé du message) et qu'il l'a reconnu. Ce qu'il faut retenir : nos chauffeurs du TEC ou de la STIB (disons des deux) ont une vie eux-aussi, ce ne sont pas des gros cons râleurs qui vous foirent votre début de journée simplement parce que leur vie, leur métier ou leur femme les emmerdent. Ce qui revient à dire : "arrêter de les agresser s'il vous plaît". C'est une idée qui se défend, je la trouve même plutôt intéressante. Une pub qui ne vend rien sinon un brin de civisme, au moins ça change. En réalité, j'écris ceci pour signaler à ceux qui l'ignoreraient encore qu'il existe tout près d'ici un blog créé par un chauffeur de tram. Il nous raconte ses journées simplement, sa vie de chauffeur, son quotidien quoi. Allez voir là : http://azariel.skynetblogs.be/. Quand à cette news, prenez-là comme une pub gratuite, tant qu'on y est !

22:44 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/11/2005

Bonne nouvelle !

Kate Moss reprend du service. A peine sortie de cure, elle s'est rendue à Ibiza pour une session shooting sous l'oeil du styliste italien Roberto Cavalli. Et ce n'est pas fini puisqu'elle s'est aussitôt envolée vers les USA : New-York, Los Angeles, ... Le train-train, quoi. Une bonne nouvelle donc dans la mesure où cet acharnement exemplaire commençait à m'énerver sérieusement. Soit la presse mène une croisade totale contre la toxicomanie dans le showbiz', soit elle ne la ramène pas du tout. Se choper une star pas bien balaise et la descendre en ligne jusqu'à ce que les ventes s'essoufflent est représentatif de notre époque, et je ne vois pas en quoi c'est une bonne nouvelle !

15:04 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Je rentre de Paris, découvrant du même coup le commentaire lié à l'article précédent, il est signé sarko@hotmail.com. J'ignore si je dois rire. A le croire, et je le crois volontier, "52,5 % des Français approuvent totalement et 23,7 % approuvent sa politique et les mesures récentes prises par le gouvernement pour favoriser le retour au calme et la reprise d'un dialogue constructif". Mettons donc, à la grosse louche, que 80 % des Français sont favorables à Sarko sur la question. Vous avez peut-être suivi les derniers débats sur les chaînes françaises récemment, le plateau de la 2 jeudi soir accueillait M. Sarko lui-même. Il est fort, très fort. Quand il communique, ça passe. Enfin, ça passe pour, grosso modo (mais sans doute un peu moins), 80 % des Français. Oui oui, les mêmes. A la base, je ne pense pas qu'il soit tellement question de gauche ou de droite sur cette question. Je pense qu'il est question d'humains. A Paris, la plupart des Français que j'ai rencontrés se sont montrés lucides, compréhensifs et parfois même compatissants pour ces banlieues et leurs populations. Compatissants, mais pas à n'importe quel prix ! Est-ce un fond de racisme propre à l'homme ? Une peur de perdre des privilèges, de petites priorités, quelques acquis bien assis ? Personne je crois ne peut nier avoir eu à se positionner par rapport à ces questions. Et pas plus les Français que nous, Belges.Face à une telle crise, Sarkozy n'a pas eu le choix : il devait se montrer fort, garder le contrôle. Mais depuis le début, lorsqu'il s'est exprimé - et même en s'adressant aux jeunes eux-mêmes - Sarko n'a jamais cessé de parler à cette masse électorale, ces 80 % de Français qui ne sont pas ceux qui se plaignent violemment. Théâtralisé par les média, le sujet ne peut plus être abordé en dehors de la perspective présidentielle. Sarko, de Villepin, les autres aussi, tous savent que la France majoritaire ne cèdera pas volontier la part de gâteau que les banlieues réclament, et que sa sanction pourrait bien tomber en 2007. La France a changé, les banlieues crient stop à l'état de guettos, conséquence de ce que sarko@hotmail.com appelle "une absence totale de politique en matière d'imigration". Et je me demande s'il faudra attendre qu'elles représentent une majorité électorale pour compter réellement. Auquel cas, elles risquent de bouillir encore...

00:40 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

10/11/2005

Sarkozy, d'une pierre deux coups

Je l'ai entendu hier au journal de La Première : après l'autorisation de lever des couvre-feux partout "où la situation le justifie", Sarko décrête à présent que tous les étrangers impliqués dans les émeutes se verront renvoyer dans leur pays d'origine. Cela même si les personnes en question disposent d'un droit d'asile, de travail... Je vois deux conséquences à cette mesure : Primo, les affrontements vont perdre en intensité (la preuve cette nuit). Secundo, Sarko utilise sournoisement la crise actuelle pour accélérer sa politique drastique en matière d'imigration. J'ai dit "utiliser", pas "résoudre". Car si l'absence de communication entre les banlieues et les forces de l'ordre est toujours à mon sens la racine du mal, je ne suis pas certain que de telles mesures aident en quoi que ce soit le dialogue.

09:10 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/11/2005

Le Soir à la taille du monde

2 infos concernant le journal le Soir : l'une interpelle, l'autre moins. Je commence donc par l'autre. Le 15 novembre prochain, le Soir passe à un format plus petit (que la Libre par exemple), le même que son confrère Le Monde. On y fera plus de place aux sciences et aux sports, y en a que ça arrange je suppose. La seconde info est bien plus intéressante, elle concerne la campagne de pub "choc" du quotidien. Si cela vous intéresse, filez sur http://philosottises.skynetblogs.be/. C'est clair, malin et c'est bien dit.

20:41 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

24 ans pour rien

Ma chère G. m'a fait remarquer ceci : en 1981 : le prince charles s'est marié, Liverpool est devenu champion d'Europe et le Pape est mort.En 2005 : le prince charles s'est marié, Liverpool est devenu champion d'Europe et le Pape est mort.Bref, si Camilla ne déconne pas et si Anderlecht rosse Liverpool (!), Ben est tranquille pour un an.

14:46 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Art et Pouvoir à Venise 2

Parmi les artises "off" c-à-d non sélectionnés pour la foire de Venise, Ronald Dragonnier expose une installation illustrant bien le flirt ambigu entre art et pouvoir. La Libre en parlait il y a quelques jours mais Flux (espace flux, rue Paradis, Liège) l'avait repéré et exposé depuis un moment déjà. Son idée : confronter l'image de Marcel Duchamp et celle des puissants de ce monde (Poutine, Berlusconi...) en les projetant sur deux toiles face à face. Entre les deux personnalités, un jeu d'échec - le dada (héhé) de Duchamp - dont les cases sont en fait les principales salles de la biennale de Venise. Les grands décideurs défient le grand fossoyeur de l'art "sacré" dans une partie tactique dont l'enjeu, finalement, est l'avenir de l'art !

13:20 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/11/2005

Art et Pouvoir à Venise 1

La 51ème biennale d'art contemporain s'est ouverte à Venise. Ce n'est un secret pour personne, ce rendez-vous certes majeur des collectionneurs et professionnels de l'art est aussi le plus gros marché du genre, comprenez "le plus juteux". Pas étonnant donc que les invitations à exposer soient très convoitées et que les jeux d'influences et de pouvoir y règnent en maître. Les déçus de la sélection ne manquent jamais de s'inviter quand même à venise et d'exposer, en dehors de la biennale, dans une multitude de lieux "off". Remarquez, quand le premier grand salon de peinture vit le jour à Paris au XIXème, il n'a pas fallu attednre très longtemps avant qu'il ne soit lui aussi flanqué d'un jumeau officieux : "le salon des refusés". Ca avait le mérite d'être clair. Ceci dit, et cela doit faire réfléchir, le salon des refusés ne tarda pas à devenir plus important que l'autre. Il révéla entre autres les impressionnistes français de la fin du siècle.

17:53 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

je vous le disais...

Paris Hilton râle. Si si, ça arrive. Pourquoi ? Parce que figurez-vous que sa soeur, l'irresponsable Nicky, a accepté de se rendre au mariage de Nicole Richie. Or Nicole et Paris ne se supportent plus trop, je vous chuchottais même récemment qu'elles n'avaient jamais vraiment pu se blairer. Le magazine Hello ne révèle pas ce qui a poussé Nicky à humilier sa soeur à ce point mais je me dis que c'est sans doute le sens de l'humour poignant du futur époux (le Dj Adam Goldstein). Sa dernière blague : payer 100 $ à un clochard pour pouvoir lui renverser un verre de champagne sur la gueule devant ses invités. "Trop drôôôôôôôôle" a certainement piaffé la petite Nicky. Si jamais la grippe aviaire venait terrasser froidement ce petit comique, rappelez-moi de faire une petite blague à ce sujet sur ce blog, d'ac ?

13:44 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

va-t-on mourir ?

Je suis largué. Cela fait des semaines que la presse nous parle de grippe aviaire dans des termes apocalyptiques. Pour les experts, pas de doute, le virus va muter puis se propager. Or tout le monde semble d'accord pour dire qu'en cas de propagation, nous n'aurions pas grand chose à faire sinon espérer (ou prier, c'est selon). Histoire d'en remettre une couche, le laboratoire pharmaceutique Roche (détenteur du vaccin) a décidé d'autoriser ses concurrents (et même l'armée) à copier et produire le vaccin, par peur d'être submergé par la demande le cas échéant. Sachant que que l'industrie du médicament se bastonne sur des sujet aussi grave que le traitement du sida, cette généreuse proposition a des petits airs de "fin de capitalisme"... un synonyme de "fin du monde" ?

13:18 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ceci est un blog illicite

Je n'aime pas le monopole dont jouit Belgacom. Je n'aime pas que ce monopole les autorise à traiter les demandes de clients avec autant de légéreté, de lenteur voire de je-m'en-foutisme. Je n'aime pas que Belgacom se lance à tout-va dans la télévision numérique car je crains qu'elle ait encore moins de temps pour tenter de satisfare vraiment les abonnés (car il y a deux moyens de réussir son business : soit se battre pour que le client soit comblé par vos services, soit se battre pour que vos services soient les seuls disponibles sur le marché. Dans le cas présent, on peut parfois se poser la question). POur toutes ces raisons et ces craintes, je n'aime pas tellement belgacom. En revanche, quel bonheur de pouvoir à nouveau suivre un match de foot en intégralité sur la RTBF ! Je ne crie pas merci, je remarque c'est tout.

12:27 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/11/2005

Sapin de noël

Y a plus de saison ! Suite aux températures qui nous ont parfois fait oublier la saison, les arbres, eux, se sont mis à rebourgeonner. L'écosystème qui panique, ce n'est pas nouveau mais les conséquences de ce réchauffement, elles, varient sans cesse. L'industrie du sapin de noël par exemple déplore une certaine "anarchie" dans les pépinières. Rien de très grave, on estime que 20 % de la production ne répondra pas "aux normes" de consommation. Ils seront donc brûlés. L'info était en bonne place dans le JT d'RTL hier soir. Condamner 20% d'indomptables à l'abandon semble être une pratique d'actualité, souvenez-vous de l'analyse hautement démocratique des récents événements parisiens par la police locale... (voir ci-dessous "la banlieu du silence)

18:12 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/11/2005

NDLR

En principe, la rédaction ne bosse pas le weekend. Elle signale qu'une exception est envisagée en cas d'événement majeur : tsunami à Ostende, Wilma fait demi-tour, Paris Hilton lit un bouquin, ... Du lourd uniquement quoi. Allez, ciao.

16:23 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

On va tous crever !

Devinez quoi ? Nicole Richie a avoué qu'elle et Paris Hilton, en vrai, n'avaient jamais été vraiment amies ! J'en reviens pas, c'est tout un monde qui s'effondre autour de moi, help !

12:42 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Johnny s'est fait peur...

... Il a réécouté les disques enregistrés quand il avait 17-18 ans. Sa réaction : "J'ai eu peur ! Qu'est-ce que je chantais mal. Du Elvis Prestley, mais en mauvais."C'est pas tellement que ça étonne : On savait que Johnny s'est amélioré avec le temps, on sait aussi qu'il est plutôt humble et direct dans ses déclarations.

12:35 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

la banlieue du silence

Paris brûle, ça fait 8 jours qu'on nous l'apprend. En gros : les jeunes français d'origines diverses, parqués dans les banlieues, en ont marre du manque de respect de l'autorité française qui elle en a marre des bagnoles qui brûlent chaque nuit. Echanges de bombes lacrymogènes d'un côté, d'un peu de tout de l'autre, huit jours que la grogne gronde et s'amplifie, huit nuits que les sirènes tiennent la ville en éveil. La police se défend en s'appuyant sur le sondage suivant : près de 80% des français est satisfait des services de police. Joli score, mais on peut évidemment se demander si nous parlons bien des mêmes français. Eux, je veux dire les 20%, se le demandent.Aujourd'hui, le problème le plus criant est "le manque de communication" entre les forces de l'ordre et les jeunes entendons-nous sur les ondes. Je sais pas vous mais j'ai la nette impression que c'est un peu plus grave que ça, je me demande si y a pas quand même un peu de haine là-dessous (j'invente rien, demandez à Kassovitz). Serait-ce déjà les premiers effets du style Sarko 1er ? Lui qui a clairement choisi entre une police sécuritaire et une police plus militaire.

12:13 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Weyergans est-il belge ?

La remise du nouveau Goncourt, ça récompense un mec et ça en émoustille des milliers à commencer par les média. Mais n'ont-il vraiment rien d'autre à foutre que de constater qu'en france, la presse semble oublier la nationalité belge de l'auteur ? Hier j'ai entendu 4 phrases sur le récit proprement dit, j'attendais d'en savoir plus ce matin. Raté, je n'ai eu droit qu'à l'énumération des journaux qui mentionnaient ou non l'origine du mec. Cette polémique aurait été une excellente conclusion à un reportage sur cette récompense et l'oeuvre en question ; en faire l'unique information relative à l'événement m'inspire une question : mais que fout la presse ?

11:33 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |