30/01/2006

Les comiques du métal

On aurait tort de penser que les gros businesseux qui font notre monde ne prennent plus leur pied qu'à table. Dans le métal, par exemple, les pontes du secteur se livrent à de petits jeux d'intimidation particulièrement amusants. Ben oui, à partir d'un moment, quand vous êtes très riches, acheter 12 fois la rue Neuve du plateau de Monopoly, ça devient un peu répétitif ! Le nouveau jeu s'appelle : "tu l'achètes, je t'rachète et j'te pète"

D'un côté, on a Arcelor, ayatollah du métal en Europe. Arcelor veut s'aggrandir, conquérir de nouveaux marchés, s'enrichir. Il a déjà raté une belle occasion de se positionner en Asie, il ne peut pas manquer son immersion en Amérique du Nord ! Pour cela, une solution en or : racheter Dofasco, géant canadien qui représente pour Arcelor une porte grande ouverte sur le marché américain. Apprenant les intentions d'Arcelor, son petit concurrent allemand, ThyssenKrupp, décide de contre-attaquer et fait une meilleure offre à Dofasco. La partie commence !

Le coude-à-coude dure près d'un mois. D'un côté, Dofasco n'aime pas particulièrement les méthodes agressives d'Arcelor, il ne fait donc rien pour évincer Thyssenkrupp. De l'autre, ce dernier fait le maximum pour faire monter les enchères mais finit par manquer d'argument cash, il doit se résoudre et craque. Victoire d'Arcelor par K.O. Une belle partie...

Mais au moment où les spectateurs se préparent à rentrer chez eux et à chercher ailleurs un nouveau match à suivre, rebondissement ! Mittalsteal, leader mondial incontesté du métal frappe à la porte, tranquille :

- Salut, moi c'est Mittal, j'aimerais bien jouer aussi.
- T'as rien à voir là-dedans, Mittal, dégage, j'ai déjà gagné !
- C'est à dire que ça me fout un peu mal que tu rachètes Dofasco. J'aurais préféré que ce soit Thyssenkrupp tu vois ? Il est plus petit, il me gêne moins quoi...
- J'ai joué, j'ai gagné et je t'emmerde.
- Ben oui mais là, tu deviens lourd, mec. Tu m'fais de l'ombre, tu vois ....
- T'as qu'à apprendre à vivre avec ça, Mittal ! Chasse-toi d'ici ...
- Tu comprends pas ?
- Comprendre quoi ?
- Ben le numero 1, c'est moi, tu m'parles pas comme ça, le nain !
- Bon, qu'est-ce tu veux Mittal ?
- Toi, Ar', j'te veux toi ! Je veux te racheter ! Tu sens pas l'odeur d'une grosse OPA, là ?
- Quoi ? Mais t'es con ou quoi, je viens à peine d'acheter Dofasco, je m'apprête à squatter le marché ricain, m'emmerde pas quoi, franchement.
- Ben justement, Ar', si j't'achète maintenant, j'évite les risques...
- Mais euh...
- Et, Ar', je t'ai pas encore dit la meilleure !
- Quoi ?
- Ben voilà, dès que j't'aurai acheté, dans quelques jours, je vais revendre Dofasco à Thyssenkrupp !
- Kaïïïïe ! Mais pourquoi ?
- J't'explique : Dofasco m'emmerdait un peu. Quand j'ai appris que tu voulais le racheter, je me suis dit que tu devenais un concurrent gênant mais qu'au moins tu me débarassais du Canadien. J'ai donc attendu que tu règles l'affaire. Maintenant que c'est fait, je t'achète toi, tu vas te faire fout.. fondre dans MON empire et je restitue Dofasco à Thyssenkrupp, le gentil nabot qui m'est donc redevable et n'empiètera pas sur mes intérêts. Tu captes ?
- J'me suis fait...
- Baiser, exactement.
- Kaïïïïïe !


Vainqueur Mittal. Pas de revanche prévue pour l'instant, Mittal n'a plus un seul adversaire !

11:36 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.