07/02/2006

Nous aimons nous indigner

Hier, j'ai compris que je n'allais pas réussir à passer à côté de l'"affaire Mahomet". C'est sans doute naïf mais j'avais espéré, au début, que cette histoire ne dépasse pas le stade de l'anecdote. C'est vrai, qu'est-ce qu'on a finalement ? Principalement, un dessin où les mots du prophètes, les mots qu'on retrouve généralement sur son front, sont ici inscrits sur une bombe. Première remarque : comme trait d'esprit, on a déjà vu beaucoup plus fin !
Ensuite, on a l'indignation de la communauté musulmane. Bon, l'indignation on peut comprendre, elle m'aurait semblée tout aussi évidente même de la part d'un peuple moins religieux. Ceci dit, la question d'Yves Calvi hier sur France Deux de savoir si "l'Islam n'est pas une religion un peu susceptible ?" ne m'a semblée ni bonne ni impertinente. C'est vrai qu'aujourd'hui, sitôt qu'un débat touche de près ou de loin à l'Islam, chaque intervenant enfile ostensiblement plusieurs paires de gants.
Je ne crois pas que l'Islam soit plus ou moins susceptible que telle ou telle religion, l'indignation n'est le propre d'aucun culte. La vraie formulation - qui est aussi plus provocatrice - aurait donc été : "les musulmans sont-ils susceptibles ?". Personnellement, je trouve que cette question, anodine sur ce blog, eut été plus couillue hier sur le plateau de Mots Croisés. Peut-être aurait-elle conduit à une notion que le débat actuel évite soigneusement et qui touche à l'incroyable vitesse des communications de nos jours.

Quand un journal danois publie cette caricature du prophète, à peine avons-nous le temps d'apprendre que les musulmans de Copenhague se sont sentis blessés que ce sont ceux de Beyrouth qui s'expriment sur nos chaînes de télé. D'un acte local, géographiquement liliputien, nous créons un débat mondial, transculturel et multi-confessionnels. Il y avait trois ou quatre avis divergents en présence, nous en sommes à plusieurs centaines à présent. Chaque sensibilité, chaque culture, en fonction de son histoire et de son actualité propre, va réagir différemment à cette caricature. A Bruxelles, capitale du compromis et de tous les arrangements possibles, les musulmans ont défilé pacifiquement. A Beyrouth où la guerre s'est presqu'auto-inscrite dans la culture locale, les mots et les gestes ont été bien plus durs. Mais est-ce vraiment étonnant ? Ne sommes-nous pas simplement aveugles ? Pourquoi s'étonne-t'on aujourd'hui de l'irrationnelle ampleur qu'a pris le débat quand tous les média se sont astreints à le porter sur les places publiques de chaque continent ?

Je trouve qu'il y a quelque chose de malhonnête dans la manière dont cette histoire est traitée par la presse ou du moins dans l'indignation dont celle-ci fait preuve. En tous cas, je regrette notre hypocrite incompréhension devant ce qui se passe : si nous craignions d'entendre les voix musulmanes les plus extrêmes s'exprimer, fallait-il porter ce débat d'ordre politique et démocratique sur les estrades d'un pays où le religieux et le politique ne sont qu'une seule et même chose ?

10:04 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

Commentaires

eh ben ... C'est la premiére fois que je ne suis pas d'accord avec toi !!!

Tu sais ce n'est pas une question de susceptibilité !! c'est une question de pouvoir !!! tout ça reste peut etre une question de ou est la place de la religions dans notre vie !! mais je ne pardonne pas des actes de violence pour ce faire entendre !! si on devait tjs reagir au quart de tour pour les debordemant religieux dans la presse les catholique , protestant , boudhiste et autre serais en guerre depuis 150 ans !!! je prone la liberté d'expression !!! l'europe est une democratie et je veux pouvoir donné mon avis sans me prendre une claque en pleine figure car mon avis ne plait pas !!!

Écrit par : folette | 07/02/2006

> Bonjour Folette, je ne suis pas du tout en train de légitimer la haine ou la violence, elle n'est acceptable sous aucun prétexte. Ce que je dis, c'est qu'il y a un gouffre en l'état de la reiigion ici et l'état de la religion là-bas. Le problème de la représentation de Dieu s'est posée chez nous au Moyen-Age (les icônes furent interdites, brûlées...) et il a fallu plusieurs siècles pour la "règler". Pour bon nombre de musulmans, cette question n'a pas encore été remise en question.
Chez nous, la séparation du pouvoir et du sacré est un débat qui a duré pendant toute la fin du M-A et qui n'était pas encore tout à fait règlé lors de la révolution de 1789, c'est dire si c'est une matière complexe ! Dans beaucoup de pays musulmans, cette séparation n'est toujours pas d'actualité, loin de là.
Le fond de ma pensée, c'est que nous avons certainement pas mal de raisons d'être fier de notre démocratie mais que ces raisons ne suffisent pas à attendre du reste du monde une admiration égale à la notre pour ce mode de fonctionnement. Sur ce point précis, amener un débat politique portant sur la représentation du prophète sur les places publics d'états théocratiques, et attendre de ceux ceux-ci une attitude parfaitement démocratique, c'est nier plusieurs différences historiques et culturelles majeures. Ceci ne justifie aucunement la violence, la haine ou la vengeance. Au contraire, être conscient de nos différences au départ devrait pouvoir aider la communication entre les peuples et les cultures. En parlant de culture, la notre ferait bien de se pencher sur une notion qu'elle peine à admettre : celle de DIFFERENCE ! J'espère que mon avis est plus clair maintenant. Si nous ne sommes pas d'accord cette fois, je suppose que c'est bon signe malgré tout ;-)

Écrit par : actu' | 07/02/2006

decouverte par hasard de ton blog, j'aime ta plume et ton style, j'y reviendrai souvent.

Écrit par : Gene | 07/02/2006

Politique... Cher Artatum,
C'est la seconde fois aujourd'hui que je visite ton blog.
A ce post, je préfère ne mettre aucun commentaire car j'attire les cloportes (de toutes tendances) quand je traite de sujets "politiques"...
Je désire passer une vieillesse sereine.
Armand.

Écrit par : Armand | 07/02/2006

> Cher Gene, soyez les bienvenus ici toi et ton Billy (Sam peut se joindre à vous aussi ;-)). J'irai découvrir votre univers métissé très bientôt, ça me tente bien !
Cher Armand, je te la souhaite sereine ! Elle me semble déjà tout en sagesse, ce qui n'est pas rien..

Écrit par : ARt' | 07/02/2006

Parlons plutôt des matches truqués du championnat
de foot de belgique...tagagablogtagablog..

Écrit par : | 07/02/2006

Bonjours, Je suis globalement d'accord avec ton post.
Tu as entièrement raison lorsque tu parle de l'acceptation de la différence.

salutations

Écrit par : Le pèlerin vagabond | 07/02/2006

> Avé pélerin, content de te recroiser ici. Vu ton blog, ça ne m'étonne pas que tu respectes autant que moi cette différence bénie !
Quant à toi, Utelar, tu seras vite exhaucé ... j'attends seulement de pouvoir me prononcer sur le président de La Louvière que j'ai écouté hier dans Studio1. Pas moyen de savoir : il a une bonne gueule (enfin, si on veut) mais je ne peux pas croire qu'il soit blanc... Bon, si j'en sais pas plus demain, j'tire à vue !

Écrit par : Artatum | 07/02/2006

Un bout de réponse... Il y a deux ou trois ans, je transcrivais les actes d'un colloque sur la société multiculturelle, l'intégration, la laïcité, les relations avec l'Islam, etc. Un responsable d'assoc, actif dans ce domaine, (humaniste si pas laïco-laïque, faisait un bref historique où il relatait les principaux points de contentieux entre les Arabo-musulmans et les occidentaux: c'est-à-dire:
1) les croisades,
2) la colonisation, et
3) Israël/Palestine.

C'est un peu comme si nous déclarions une guerre virtuelle aux Italiens, à cause de la Rome antique. A la France, à cause de Napoléon... La colonisation, ok, mais nous pourrions remonter à Charles Martel et Poitiers... Et aux arraisonnements de navires par les Barbaresques...

Bref, quand on commence comme ça, on n'en finit pas.

Et pour Israël, que pouvons-nous faire? Militer pour la paix, c'est tout... Israël est un pays fondé par l'ONU, en 1948, et en tant que tel, pays fondé par l'ONU, il ne peut être dé-fondé que par l'ONU, c'est aussi simple que cela. Ce qui ne se passera jamais (à mon avis), et pour s'y être risqués en 49,50, puis lors de la guerre des six jours, puis lors de Yom Kippour, les pays voisins ne se risqueront plus à déclarer la guerre à Israël.

Pourtant, c'est clair que dans l'Islam, la représentation de Mahomet est taboue, depuis le XIIIème siècle... Il y avait quand même un peu de provoc et des risques à titiller une population qui ne transige pas sur certains points.

Quand je suis en face de quelqu'un de susceptible, je fais très attention à ce que je dis...

Écrit par : Pivoine | 07/02/2006

A propos du foot... J'ai entendu que la ministre de la Justice songeait à une mesure... Une mesure qui, une mesure que... Je n'ai pas entendu le reste, mais je sais que ça portait sur le foot... Parce que je réfléchissais au fait que la ministre de la Justice est mariée à un constitutionnaliste et je me demandais si la séparation des pouvoirs était respectée. Je pense que oui, car le mari en questionl est avocat et ne fait pas partie de la magistrature, donc, on n'a pas un tenant d'un pouvoir (exécutif) marié à un tenant d'un autre pouvoir (judiciaire). Et puis, je suppose que quand ils se voient, après leurs journées bien remplies, ils pensent à autre chose...

Écrit par : Pivoine | 07/02/2006

bonsoir Pivoine, Et merci pour cet éclairage oblige, c'est toujours ceux que je préfère.
Tu parles d'une provocation inutile ! D'autant que cette caricature, en dehors de la polémique de représentation qu'elle suscite, flirte clairement avec le genre d'amalgame que certains musulmans ne tolèrent absolument plus. A raison ou à tort, ce n'est vraiment pas à moi, athée, de juger.
Tu sais, à propos de Laurette et Marc, j'espère pour eux que tu as raison et qu'on ne les surprendra jamais en train de mélanger les pouvoirs en famille, tu imagines l'enquête ?

Écrit par : Artatum | 07/02/2006

Cher Artatum, Le problème des Cultures, c'est l'interstice, l'espace qui existe entre les cultures pour qu'elles puissent exister à part entière pour elles-mêmes et dans un mode d'ouverture suffisant pour qu'elles puissent en rencontrer d'autres. Mais dans la rencontre, il doit y avoir le respect, la recherche volontariste de non provocation. Il n'y a que des amis intimes qui peuvent se provoquer positivement pour aider l'autre, et soi-même, à mieux se situer et à clarifier ses modes de pensée, ses cohérences ou incohérences de vie. En dehors de cette intimité, de cette proximité, toute provocation est faux pas. Les caricatures en étaient un ... de plus pour certains, de trop pour d'autres. Bien triste!

Écrit par : FC | 07/02/2006

Nous aimons nous indigner. J'attends avec impatience ta prose sur le foot belge...

Tu as vu que Patrick Morieau (pas sûr de l'orthographe depuis que je l'ai deleté ad vitam de mon address book !), mondialement connu pour son intégrité - tu sais que je connais la signification exacte de ce mot ... - , va s'en occuper !!! (Le Soir d'hier).

Je te lis avec toujours plus de plaisir ... même à des heures inavouables ;-).
L.

Écrit par : L. | 08/02/2006

Les commentaires sont fermés.