18/04/2006

Aïe, c'est Pâques !

Quelques commentaires ci-dessous réclament un sujet polémique pour faire suite au précédent. Je n’ai pas pour habitude de m’exécuter aussi facilement mais j’ai une excuse : le sujet qui suit me vrombit dans les tympans depuis vendredi soir, tard, à l’heure d’une des dernières retransmissions du JT. Je me sépare aujourd’hui de cette réflexion dans un haut-le-cœur de soulagement : disséquez-la si elle vous inspire, moi, elle m’a foutu le cafard. Tout a commencé par ces mots : « En ce Vendredi Saint… » !

En ce Vendredi Saint, donc, les processions se sont multipliées à Jérusalem et partout ailleurs. Des Palestiniens chrétiens (ça existe) se sont joints aux différents « cortèges » simulant un après-midi de Passion, les races se sont mélangées, fondues, lamentées ou réjouies, selon les cas, c’était Pâques, avec ses interminables commémorations … comme chaque année !

Comme chaque année, des pénitents de plus en plus nombreux ont aussi escaladé des collines en se flagellant, encouragés par des hordes de chrétiens extatiques. D’autres, et ce n’est pas nouveau, se sont fait littéralement crucifier, je veux dire avec des clous au milieu des paumes de la main, au centre des pieds joints, avec juste deux cordes au bras pour éviter que le corps se déchire au moment de relever la croix ! Pour les acclamer, les encourager ou les plaindre simplement, des centaines de touristes se mélangeaient aux croyants : des asiatiques nikonisés, des Allemands soiffards à l’œil mi-subjugué, mi-horrifié, tout ce que le monde peut compter de voyeurs et d’esprits gores tentaient de se fondre dans la grande nappe de fidèles.

C’est quand même fascinant de voir le succès vertigineux d’une religion articulée en grande partie autour de la notion de douleur physique. Certes, le Christ a souffert, et beaucoup avec ça, l’époque n’avait rien d’archaïque en matière de mise à mort ignoble. Acceptons même qu’il ait crevé de douleur pour nous, pêcheurs de la pire espèce, que ce charpentier ait cloué sa vie à une planche pour nous permettre de survivre aux ébats fruités de nos aïeuls lubriques, Eve et Adam… Fallait-il vraiment le remercier en vouant un tel culte à la souffrance du corps ? En focalisant la mémoire collective sur la dimension laborieuse, pénible et douloureusement humiliante de sa mort, lui le dieu d’amour ?

Si beaucoup de chrétiens, aujourd’hui, ont pu dépasser la stricte conception rédemptrice de l’existence du Christ, leur religion n’en demeure pas moins, à sa source, un flirt ambigu entre la promesse d’une « after » insouciante et d’un présent embourbé dans les pulsions coupables du corps humain. Encore ce corps, synonyme inévitable de tentations ou de douleur, suspect dans sa nature même par les Saints Ecrivains d’une foi parfois mauvaise.

Le fruit de cette réflexion d’actualité a la forme d’une question, c’est presqu’une habitude ici. Comment une religion dont on sait qu’elle ignore ou méprise scrupuleusement le corps et ses possibilités hédoniques (non-reproductives) a-t-elle le succès qu’on connaît ? Comment tant d’hommes et de femmes ont-ils pu accepter toutes les abominations avérées d’une église ne les reconnaissant même pas dans leur entièreté physique ? Pendant si longtemps…

Sans doute en croyant fort, très fort, tellement plus fort que moi !

21:34 Écrit par le temps passe, le reste reste. | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

Bonsoir Artatum Une fois de plus, je partage ton point de vue. A l'occasion de Pâques j'ai également écris un petit mot. Jésus mis à mort par les biens pensants de l'époque, est maintenant enfermé dans leur tour d'ivoire. Comme toi, je pense, j'ai la chance de connaître des personnes qui essaient d'être chrétien. Gandhi à eu une phrase qui m'a éclairé : "Si les chrétiens pratiquaient le dixième de l'évangile, le monde serait autre".
Bonne nuit,
Lpv

Écrit par : Lpv | 18/04/2006

Plus fort encore Pas allumé la télé, c'est le genre d'images qui amènent des pensées, voire même des réflexions qui m'empêchent de dormir, ou qui me font carrément cauchemarder. Excellent sujet Artatum ! Donne des frissons dans le dos, entre le choix des mots et le poids de la masse.

Écrit par : Boudlard | 19/04/2006

Sans conteste ... ... un excellent résumé de ce que pense probablement beaucoup de gens.
Analyse remarquable de justesse - j'apprécie vraiment.

Écrit par : Marivic | 19/04/2006

100 % d'accord avec toi. Le plus dur reste a faire, convaincre de lire
le Da Vinci Code PAR EXEMPLE.

P.S Tu participes à mon élection sur mon blog ?

Écrit par : | 19/04/2006

hé hé C'est pas tout les chrétiens qui se crucifient non plus ,je pense que c'est plus du masochisme que de la foi ,là tu prend l'extrème hein :)
c un genre d 'exorcisme...on torture le corps pour en faire sortir le démon
BiZZ

Écrit par : bio | 19/04/2006

un ptit passage avant le départ... Voilà, je prends mon envol pour l'espagne!!! J'espère qu'il n'y aura pas trop de chrétiens extrêmistes sinon je rique de me faire cruscifier sur place! ;-) Non je vais ess

Écrit par : Biba zemra | 24/04/2006

re je disais donc non je vais essayer le bouddhisme cette fois.. Bon bloggage cher blogger! Et je te ramènerai un peu de soleil. A bientôt!

Écrit par : Biba zemra | 24/04/2006

Et voila.... Arti a disparu !!!
Il s'est flagellé toute la semaine de paques pour éprouver les douleurs physiques qui transcendent les êtres hahaha et pour se punir d'avoir mangé tous les oeufs en chocolats qui maintenant démolissent son foie, heu sa foi...:))
Mais non, hein !!!, des fois que vous pourriez croire (hummm, j'avais envie...) qu'il pêche en toute impunité, Arti n'est pas du style à mordre à l'ameçon...Il ne pêche pas, il assume nos coutumes, mange les oeufs, les digère et se repose...mdrrr
Dit Arti, t'es où???

Écrit par : DOU | 24/04/2006

> Bonjour Pélerin, merci pour ton mot et ceux de Gandhi, je t'ai répondu chez toi.
Hello Boudlard, à qui le dis-tu !
Bonjour Marivic, je suis content de te lire ici, sois la bienvenue.
Utelar, j'ai voté chez toi ! En revanche je n'ai pas lu le Da Vinci Code, mes souvenirs de ce bon Léonard sont encore bien frais dans ma tête. Peut-être le film...
Salut Bio, heureusement, tu as raison. Remarque si tous les chrétiens avaient pris l'habitude de se crucifier, leur religion n'aurait pas fait long feu.
Ola Biba, bonnes vacances, reviens en forme !
Hey Dou, jolie analyse de la situation : Artatum, sachez-le, ne pêche ja-mais ! ;)

Écrit par : artatum | 25/04/2006

tu es passé sur un de mes autres blogs http://rienadire.skynetblogs.be
J'avoue ne pas très bien suivre cette forme de religiosité doloriste. Pour moi, protestant, j'insiste beaucoup plus sur la résurrection du Christ. C'est le tombeau vide qui me fascine et non la croix. La vie est tellement parsemée de "croix" que ce que je réclame de la religion, c'est qu'elle me fasse évader de ce cercle douloureux et me tourne entièrement vers l'espérance. Je ne pleure pas sur mes péchés et mes faiblesses, je les confie au ressuscité. Bien sûr avant de ressusciter il fallait qu'il meure ; mais à quoi bon nous appesantir sans cesse sur la mort, mais tournons-nous vers la vie

Écrit par : jean-marie | 25/04/2006

Les commentaires sont fermés.