25/09/2006

Jeudi dernier

Ce matin, alors que je m'éveille mollement devant ma boîte à emails qui regorge une fois de plus de laïus viraux pro-viagra, mon téléphone sonne. A l'autre bout du fil - enfin, on se comprend - mon boss ! Pour bien vous faire comprendre la suite, je devrais probablement vous détailler la conversation parfaitement pragmatique et univoque qui se construit pendant près de dix minutes, mais je n'ai pas le droit. Peu importe, résumons : le boss parle, informe, projette, suggère et ordonne. Ensuite, d'un toujours très pragmatique "ok?", Boss s'assure non pas que tu l'as bien compris mais que tu vas t'y mettre dans la seconde, que ta main droite bosse déjà frénétiquement pendant que la gauche s'apprête à raccrocher le téléphone. C'est le matin, je suis assez éveillé pour feindre la pro-activité, enfin je crois. En gros, les tâches sont lourdes, je prévois qu'elles seront longues, mais pas fondamentalement chiantes, on a vu pire.

Six minutes plus tard... le téléphone sonne ! Boss. "Alors, tu en es où ?" - Je n'ai pas pour habitude de m'énerver avant 10h30 - 11h, je n'y arrive pas bien. "J'avance, Boss, j'avance". Il me répond que c'est bien, qu'il me fait confiance de toutes façons, et que, si je veux bien, je peux jeter un oeil aux tâches subalternes qu'il a vicieusement confiées à nos deux stagiaires, vraisemblablement durant l'intervalle de six minutes. Histoire de ne pas rentrer dans les détails soporifiques des tâches en question, je me bornerai à vous apprendre que nous n'avons plus qu'un seul stagiaire, le second ayant craqué moins d'une heure plus tard... Bref, je lui susurre gentiment que je veux bien moi, Boss, mais qu'entre le four et le moulin il y a du chemin, que ça va pas m'aider à boucler ses projets dans les délais. Soit.

Un rien plus tard, et je dis bien "un rien", un nouveau mail arrive. Ce qu'il y a de bien, avec Boss, c'est qu'il n'exagère jamais. Quand il vient de t'appeler coup sur coup pour te filer une quantité de boulot à déprimer un flamand sous speed, il ne va pas te rappeler pour repasser une couche... il va plutôt t'envoyer un mail ! Histoire de brouiller des pistes déjà franchement confuses, il intitule son mail "Priority". Alors, c'est à vous (enfin à moi) de savoir si cette nouvelle priorité est plus prioritaire que la priorité précédente qui elle-même vient tout juste de supplanter une autre priorité d'avant-hier. Et je ne parle ici que des priorités qu'il a nommé comme telles, je vous passe donc gracieusement ses "suggestions" qui font alors figure de gentilles plaisanteries. Mais je tiens à rester honnête et à reconnaître chez Boss une qualité que tous n'ont pas: l'humour. A la fin du mail, un post scriptum me soulage directement: "P.S. Je compte sur toi pour déléguer ces tâches en fonction du planning de chacun au bureau. A+". Bon, mes collègues sont les suivant: W. est à Londres en ce moment, il est injoignable. A. est toujours en vacances et P. n'est pas là cette semaine non plus. Au bureau, il avait 2 stagiaires (reste un) et moi. Une fois ce rapide calcul effectué, je comprends la finesse de la blague... et toute ma détresse.

11:45 Écrit par le temps passe, le reste reste. dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Commentaires

Ok ! bhen bon courage :))
bizz

Écrit par : bio | 25/09/2006

jeudi dernier ca veut pas dire qu'il n'y aurra plus jamais de jeudi .

Écrit par : zelda | 26/09/2006

regarde bien sur ton bureau, à gauche il doit y avoir un petit pot à crayons. Demande lui très gentiment de te donner un coup de main; les pots à crayons sont assez tâtillons sur les formules de politesse mais ils sont très serviables et assez efficaces.
ce post me rappelle mon ex boss, qui voulait toujours que le boulot soit fait pour avant-hier.

Écrit par : melle bille | 27/09/2006

Hahahaha ! J'adore le coup du PS ! Moi, c'est plutôt croissants et compagnie...

Écrit par : Boudlard | 27/09/2006

heu.... on parle pas de boulot quand on est en congé, non mais !

Écrit par : *G* | 28/09/2006

Mais Charlie n'est jamais tout seul, il y a toujours des drôles de dames tout près!... J'espère que ton jeudi noir ne s'est pas répété hier...

Écrit par : zenaide | 29/09/2006

des drôles de dames ?

Écrit par : *G* | 29/09/2006

Bonjour Art Je viens me plonger chez toi avec toujours la même délectation.
Bon we et amicalement.

Écrit par : DUKE | 30/09/2006

Juste une précision.... A mon humble avis, un flamand, sous speed au boulot, déprime déjà.... ;-P

Écrit par : Beuze | 06/10/2006

Les commentaires sont fermés.